La sensibilité animale : approches juridiques et enjeux transdisciplinaires

24 avr. 2020
MRSHUniversité de Caen NormandieEsplanade de la Paix - Caen (France)
La protection de l’animal a fait son entrée sur la scène politique. Pour la première fois de l'histoire, onze partis politiques des droits des animaux, répartis à travers l'Europe, ont participé aux élections européennes de 2019. Les partis animalistes européens ont obtenu près de 2 000 000 de voix. Trois députés animalistes ont été élus au Parlement européen, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Portugal. Le parti animaliste français, fondé en 2016, a recueilli plus de 2,2% des voix, ce qui traduit bien que le respect des animaux et la question de leur protection est devenu un débat de société majeur. Le Code civil, reflet de la société française, affirme d’ailleurs depuis 2015, aux termes de l’article 515-14, que « les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité ». On peut cependant relever que l’absence de définition de l’animal et de la notion de sensibilité fait défaut. L’objet de ce colloque est de permettre, d’une part, de s’interroger sur le sens et la définition de ces notions et, d’autre part, de réfléchir à une prise en compte effective de la sensibilité animale. La méthode retenue consiste en une approche transdisciplinaire afin de générer une convergence des savoirs. Les intervenants en biologie et en éthologie, mais aussi les sémioticiens ou philosophes auront l’opportunité de communiquer leurs connaissances et leurs questionnements autour de la notion de sensibilité animale. De quels animaux et de quelle(s) sensibilité(s) parle-t-on ? La sensibilité est-elle la même pour tous les animaux ? Le recours à d’autres notions, telles que la sentience, la cognition ou l’intelligence ne serait-il pas mieux à même de nommer la sensibilité de certains animaux ? Il s’agira également d’analyser la protection de la sensibilité des animaux, qu’il s’agisse des animaux d’élevage destinés à la consommation, à l’expérimentation dans les laboratoires, au prélèvement de leur fourrure, etc…mais également à la protection de la sensibilité des animaux de compagnie et à celle des animaux sauvages. Les juristes auront l’opportunité d’exposer l’état de leur réflexion sur les conséquences pratiques de ces précisions terminologiques. Les travaux pourront explorer toutes les zones du droit (droit privé, droit public, droit national, européen et international). Les contributions des chercheurs étrangers permettront quant à elles de bénéficier d’un regard comparé sur ces questions. À l’issue de ce colloque, il s’agira de pouvoir envisager une définition de l’animal et de la sensibilité animale, ainsi que la mise en place de mécanismes juridiques novateurs destinés à une meilleure protection de l’animal, eu égard à sa sensibilité.
Discipline scientifique : Droit

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 119 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap