French version selectionnée English version Spanish version

Tous Habitants ?

9-10 juin 2020
UPJV La Citadellle - Amiens (France)

http://geopoint.sciencesconf.org

Re–conceptualisé depuis le début du XXIe siècle, le concept d’habiter nomme, au-delà du seul fait de se loger, la dimension spatiale de l’humanité. Elle permet ainsi de dépasser l’opposition entre immobilités et mobilités afin d’appréhender les nouveaux modes de légitimation ainsi que d’analyser les appartenances multiples et autres habitants pluriels. L’émergence de l’habitant, comme notion et objet scientifiques en découle. Elle croise les réflexions sur l’« individualisation » des sociétés, voire sur la déconstruction de modèles de ce qui fait « société ». Dès lors, il est possible d’utiliser la notion d’habitant pour qualifier chacun et chacune à travers les singularités de sa ou de ses dimensions spatiales. Les lieux de naissance, de travail, de vacances, etc. deviennent ainsi autant de points sur une carte d’identités qui qualifie chacun et chacune. Dialogiquement, chacun et chacune habitent le Monde aussi bien que le Monde habite en eux : tous sont ainsi faits des lieux fréquentés, imaginés, rêvés, etc. Le lien entre habiter et constructions identitaires est ainsi établi. Il est l’un des cœurs de ce Géopoint. Cette approche par le singulier interroge les fondements classiques de la géographie, traditionnellement plus tournée vers les faits collectifs. Mais au-delà , elle questionne aussi une bonne part des sciences sociales, très attachées à la recherche de règles collectives. Or, dans ces nouvelles perspectives, la question des individualités pourrait en devenir un des thèmes d’étude majeur. C’est que les références s’accumulent, de la biographie historique à l’individualisme méthodologique et aux témoignages et réflexions auto–biographiques, littéraires ou non, qu’elles soient intellectuelles , méthodologiques, analytiques, sociologiques ou… géographiques. C’est ainsi qu’il devient possible d’aborder, géographiquement, l’étude des personnes. C’est que les bouleversements du Monde contemporain, en particulier et parmi d’autres, ses dynamiques de mobilisations généralisées et le passage aux « sociétés à habitants mobiles » poussent les sciences sociales vers la pente des individualités, par exemple à travers les voix d’une « théorie du singulier » : en quoi chacun et chacune peut-il ou peut-elle être, tout à la fois, différent et identique à tous les autres ? De fait, même les habitants immobiles sont peu ou prou déplacés par les habitants mobiles, par exemple quand les touristes détournent de leurs usages précédents les lieux visités.
Discipline scientifique : Sciences de l'Homme et Société

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 192 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap