Le fait du religieux dans la construction de l'Etat

17-18 juin 2014
Université d'Orléans UFR Collegium d'ITP Droit, Economie, Gestion - - Université d'Orléans (France)

http://religieuxetat.sciencesconf.org

Etat et religion ont en commun de proposer chacun une certaine conception du vivre ensemble. Longtemps, on a eu tendance à opposer sous diverses formes - clerc et laïc, sacré et profane - les deux domaines. L'idée qui sous-tend le colloque est de montrer que la réalité est infiniment plus complexe et que les transferts de la sphère politique à la sphère religieuse ont pu, et peuvent encore, s'effectuer dans les deux sens. Quelle place ont tenu les rapports entre la politique et le religieux dans la construction de l'État moderne? Le phénomène religieux participe-il aujourd'hui à la pérennisation de l'Etat ou apparait-il au contraire comme un facteur de déstabilisation ? Une première journée sera consacrée à l'étude de leurs rapports dans une perspective historique et comparatiste. Il s'agira de mettre en évidence, à travers l'étude de différentes thématiques, l'ambivalence des rapports que ces deux sphères ont pu entretenir, entre dépendance mutuelle et confrontation directe. Après avoir montré comment on est progressivement parvenu à distinguer les « deux cités » spirituelle et temporelle, on tentera de déterminer si cette distinction peut encore irriguer le rapport des religions au politique ou si, au contraire, on est entré dans un monde où une double allégeance devient inconcevable. La seconde journée sera davantage centrée sur le droit positif. Il s'agira de montrer dans quelle mesure les évolutions contemporaines du phénomène religieux modifient les relations qu'entretenaient traditionnellement le politique et le religieux. En Europe, la prise en compte étatique du phénomène religieux se complique : la gestion étatisée d'un ou de plusieurs groupes religieux dominants tend à s'effacer au profit d'une institutionnalisation du pluralisme religieux par le biais du droit conventionnel ou de textes législatifs qui fixent les modes de coopération et de soutien entre l'État et les confessions religieuses. On tentera notamment de déterminer si, au-delà de la diversité des régimes des cultes au sein de l'UE, on assiste - ou pas - à l'émergence d'un modèle européen de prise en compte du phénomène religieux (principe de non-discrimination en matière religieuse, de liberté de conscience, etc.). Cette seconde journée offrira également toute sa place à la dimension internationale, en se consacrant notamment aux évolutions qui se produisent actuellement en dehors de l'UE. Le facteur religieux continue en effet à participer à la stabilisation comme à la déstabilisation de l'Etat. Il peut alors apparaitre comme un véritable marqueur d'identité étatique, qu'il participe à la construction de l'Etat (Israël), à sa désagrégation (Soudan, Kossovo) ou à sa déstabilisation (Egypte)
Discipline scientifique : Droit

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 98 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap