Vernadsky : Science européenne ou science planétaire ?

11-13 déc. 2013
Maison des Sciences Humaines d’Aquitaine (MSHA) - Salle Jean Borde 10, Esplanade des Antilles, Pessac 33607 Cedex FRANCE - Pessac (France)
Colloque international à l'occasion des 150 ans de la naissance de V.I. Vernadsky Le 150ème anniversaire de la naissance de Vladimir Ivanovitch Vernadsky (Saint-Pétersbourg, 12 mars 1863 – Moscou, 6 janvier 1945) est l’occasion d’organiser en France, en 2013, un colloque international et interdisciplinaire en hommage à ce grand savant russe trop mal connu et dont les liens avec la France furent importants. En remettant à l'ordre du jour la richesse de sa pensée et en soulignant sa pertinence pour les grands problèmes du monde contemporain, ce colloque cherchera à examiner les contours de ce qui a été appelé la « révolution vernadskienne » (Grinevald, 1987). Il s'agit de revisiter Vernadsky, avec le recul des années, plutôt que d'y faire retour, car le monde et les sciences ont beaucoup évolué depuis la Deuxième Guerre mondiale et la disparition de Vernadsky le 6 janvier 1945, huit mois avant Hiroshima. L'actualité du débat sur l’Anthropocène (anticipé par la notion vernadskienne de Noosphère), lié aux problèmes de l’environnement global, comme le changement climatique, mais aussi l'épuisement des sources d’énergie fossiles et la crise de la biodiversité, éclaire d’une lumière bien plus forte de nos jours que dans l’entre-deux-guerres les grandes intuitions de l’auteur de La Biosphère (en russe : Leningrad, 1926; en français : Paris, 1929). Ce livre longtemps méconnu faisait suite à son ouvrage français sur La Géochimie (Paris, 1924), qui représente en fait ses conférences à la Sorbonne en 1922-1923 et qui font de Vernadsky le père fondateur de la « biogéochimie ». L’importance de cette nouvelle approche interdisciplinaire et holistique du “système Terre”, notre “planète vivante”, n’a fait que grandir depuis l’essor de l’écologie globale, les controverses autour de l’Hypothèse Gaïa et le très ambitieux International Geosphere-Biosphere Programme : A Study of Global Change (IGBP). Le débat actuel sur l’Anthropocène (néologisme qui date de l’an 2000 seulement) ravive les discussions sur la Biosphère et la Noosphère commencées dans le Paris des années 1920 entre Vernadsky, Le Roy et Teilhard de Chardin. Les spécialistes de la Commission Internationale de Stratigraphie n’ont pas encore dit leur dernier mot et l’Anthropocène n’est pas encore intégré officiellement dans l’échelle des temps géologiques, mais d’ores et déjà le débat s’est élargi aux différents penseurs et acteurs de la crise planétaire qui s’annonce. Le parcours singulier de Vernadsky éclaire des pans entiers, mal connus, de l’histoire européenne des sciences et se situe, en l’occurrence, dans le sillage de grands savants français comme Buffon (l’auteur des Époques de la nature), Claude Bernard, Pasteur ou Henry Le Chatelier. L’œuvre de Vernadsky étant immense et en partie difficilement accessible (pour une raison linguistique notamment), ce premier colloque français cherchera à faire un inventaire de ce qui est connu et de ce qui reste à découvrir sur la vie et l’œuvre de ce grand savant russe et ukrainien, longtemps censuré et déformé. Les idées de Vernadsky dans le domaine de la « matière vivante », des « cycles biogéochimiques », de la structure, du fonctionnement et de l’évolution de la Biosphère sont dispersées dans plusieurs publications, dont la plus importante, La structure chimique de la Biosphère de la Terre et de son environnement – l’œuvre de sa vie ! – n’a été publiée qu’en 1965, par l’Académie des sciences de l’URSS, en russe seulement. Ce grand livre, dont un projet de traduction américaine n’a jamais vu le jour, n’est toujours pas accessible pour le lecteur français, de même que Scientific Thought as a Planetary Phenomenon, traduit et publié en anglais en 1997. Ce colloque tentera aussi de faire la lumière, plus particulièrement, sur les rapports entre Vernadsky et la France, dans le contexte de l’histoire des relations franco-russes du XIXe au XXe siècle. Cela permettra de revenir sur les relations de Vernadsky avec quelques figures célèbres : Bergson, Edouard Le Roy, Teilhard de Chardin, Alfred Lacroix ou Marie Curie, et la Fondation Rosenthal! On se penchera enfin sur l’incroyable oubli de l’Académicien soviétique Vernadsky dans la France de l’après-Deuxième Guerre mondiale et cela pratiquement jusqu’à la fin des années 1980, moment qui voit l’Union soviétique de Gorbatchev raviver la coopération scientifique internationale, dans laquelle on célèbre enfin la « renaissance » de Vernadsky et de sa science de la Biosphère.
Discipline scientifique : Histoire, Philosophie et Sociologie des sciences

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 85 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap