Frontières dans les Amériques

11-13 juin 2019
14bis avenue marie Reynoard - Grenoble (France)

http://frontieres.sciencesconf.org

Alors que dans le sillage de l'effondrement de l'URSS, de nombreux analystes prévoyaient que le monde avait atteint la « fin de l'histoire » [Fukuyama, 1992] et que les organisations régionales ainsi que les accords de libre-échanges – parmi lesquelles l'Union européenne faisait figure de modèle à suivre, d'exemple d'intégration le plus abouti – étaient le signe de l'avènement d'un monde sans frontières, on se rend compte que, plus de trente ans plus tard, la réalité est bien loin de ces commentaires. On a plutôt assisté à un « retour des frontières » [Amilhat Szary, 2006], [Foucher, 2016], [Ferguson 2017]. L'un des signes les plus parlants est la multiplication des « murs frontaliers » dont le nombre est passé de 15, en 1989, à plus de 60 en 2016 [Vallet, 2016]. Signe d'un phénomène de « rebordering » [Van Houtoum, 2004], [Podescu, 2011], ces murs sont la manifestation d'une « transformation qualitative » des frontières [Ibid, 3]. Cependant, leur retour se fait sous différentes formes, qu'il s'agisse de leur renforcement concret, ou bien du renforcement des activités de contrôle et de surveillance, ou bien encore de leur contestation par des mouvements séparatistes dont les référendums en Catalogne ou au Kurdistan sont les exemples les plus récents. Une nouveauté, c'est que ces processus attribuent aux frontières une fonction de « tri des flux » menant à leur « traitement différencié » [Amilhat-Szary, 2015].
Discipline scientifique : Sciences de l'Homme et Société - Géographie

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 115 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap