The 17th European Academic Conference on Internal Audit and Corporate Governance

25-26 avr. 2019
Université PARIS 1 Panthéon Sorbonne Salle 1 PANTHEON - PARIS (France)

http://sorbonneaudit.sciencesconf.org

Le colloque que nous organisons est un évènement récurrent qui sera organisé pour la première fois en France, par l’Université Paris 1 en collaboration avec le CNAM dans le cadre du LabEx ReFi. Les seize éditions précédentes ont été organisées dans les pays suivants : Royaume-Unis [6], Italie [4], Pays-Bas [2], Grèce [2], Norvège [1] et République Tchèque [1]. Européen à l’origine, ce colloque couvre désormais trois continents et accueille également des participants en provenance de pays comme l’Australie, l’Afrique du Sud et l’Amérique du nord. Il a pour objectif premier de stimuler les échanges entre les chercheurs en provenance de plusieurs pays (Afrique du sud, Allemagne, Australie, Belgique, France, Grèce, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Etats-Unis) autour des problématiques liées à l’audit interne et la gouvernance des organisations. Il s’étale sur une période de trois jours avec une première journée doctorale (organisée au sein du CNAM) puis deux journées consacrées au colloque. Ces dernières seront l’occasion de faire le point sur les avancées scientifiques par le biais de présentations orales, de posters et de discussions. Le colloque permettra à des chercheurs du PRISM-Sorbonne, du LIRSA (CNAM) et d’autres composantes du LabEx ReFi, à l’instar du GREGOR de développer une recherche structurante autour de ces thématiques, notamment par la mise en place de nouvelles collaborations avec des chercheurs étrangers ou par le renforcement de celles qui existent déjà. Ce colloque s’inscrit donc dans une perspective de développement de recherche inter-composantes du LabEx ReFi. L’organisation de ce colloque, en réunissant avec succès les plus grands spécialistes mondiaux de la thématique audit et gouvernance, contribuera au rayonnement de Paris 1 à l’international sur cette question. Ce colloque positionne aussi le LabEx ReFi sur la problématique. Les résultats anticipés sont de conférer une dimension internationale aux projets déjà initiés en interne. Résumé scientifique : C’est dans un contexte de crise de confiance et de nouvelles exigences réglementaires que l’audit interne, autrefois cantonné au périmètre de l’audit financier, s’est repositionné au début des années 2000 autour du thème du risque. Les auditeurs internes ont depuis pris tout leur essor en se positionnant comme une « fonction experte » au service des directions générales et des instances de gouvernance pour les aider à mieux apprécier, prévenir et maîtriser les risques au sein de leurs organisations. La notion de risque est au cœur de son activité puisqu’elle constitue non seulement l’objet même de l’audit mais également le fondement de sa méthodologie. Le développement des données massives et des nouvelles technologies de traitement des données (Intelligence artificielle et apprentissage automatique - Machine learning) ont des effets significatifs sur la méthodologie de l’audit, notamment l’appréhension des risques. De ce fait, les frontières entre l’audit interne et l’audit externe s’estompent et leurs méthodologies respectives sont remises. Les interactions entre les organes de gouvernance (comité d’audit et comité des risques) et les auditeurs internes et externes vont dès lors évoluer. Un besoin d’étudier les pratiques des auditeurs internes en interaction avec les auditeurs externes, au sein du dispositif de gouvernance se fait jour. Il convient d’accroitre nos connaissances sur la mise en œuvre des méthodologies de l’audit, sur l’impact des nouvelles technologies sur la méthodologie de l’audit et plus particulièrement pour l’identification et l’évaluation des risques. Ce sujet a un intérêt du point de vue scientifique dans la mesure où ce thème reste relativement peu abordé dans la littérature existante et qu’il y a un véritable besoin d’être en mesure de mieux apprécier ce que l’audit produit. Il a un intérêt du point de vue sociétal dès lors que l’audit déclare pouvoir contribuer à améliorer la gestion des risques qui sont à l’origine de la crise de confiance actuelle et des attentes qui en découlent. Enfin, il y a un intérêt pratique pour répondre aux difficultés que peut poser potentiellement la mise en œuvre des normes d’audit – interne et externe - mais aussi des opportunités liées au développement des nouvelles technologies et leur contribution dans le dispositif de gouvernance et de conformité.
Discipline scientifique : Sciences de l'Homme et Société

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 101 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap