Conditionals - Logic, Linguistics and Psychology

3-7 juin 2019
INALCO, 65 rue des Grands Moulins - Paris (France)

http://conditionals19.sciencesconf.org

La proposition hypothétique (dorénavant ‘conditionnelle') est l'un des universaux linguistiques les plus importants et c'est aussi l'expression d'un aspect majeur du raisonnement humain. L'humanité côtoie cet objet de communication et d'étude depuis des millénaires, les philosophes et les logiciens y ont investi leurs efforts et leur énergie pendant des siècles. Du fait de leur affinité avec les questions portant sur la vérité, la réalité et le raisonnement humain, les conditionnelles, de par leur nature, ont inévitablement nourri la réflexion des philosophes et logiciens qui en ont fait un outil indispensable pour exprimer la matière de leurs études. Comparativement, les préoccupations des linguistes n'ont pas visé aussi prioritairement ce type de phrase déclarative complexe et par conséquent la syntaxe (comparative et/ou formelle) de ces propositions présente encore beaucoup de zones d'ombre qui mettent au défi les syntacticiens et qui actuellement les pressent à avancer. Par exemple, le projet carthographique s'attaque à la périphérie gauche de la phrase, zone de la représentation syntaxique où se trouve le codage d'information relative aux actes de langage et aux variables contextuelles. En sémantique, qui a été, par le passé, sans doute plus influencée par la logique et les sciences cognitives que la syntaxe, il apparaît que le rôle central des valeurs de vérité pour exprimer le sens objectif est à relativiser et que la ‘subjectivité' doit trouver une meilleure représentation. Par exemple et plus spécifiquement, on assiste à la remise en cause d'hypothèses basiques telle que l'analyse quantificationnelle des modaux, et nous savons qu'il y a des points de contact importants entre modaux et conditionnelles. Le rejet du rôle de restricteur de la protasis des contrefactuelles, intuitivement clair mais formellement difficile à implémenter, alimente les discussions. Un même engouement gagne les psychologues, les cogniticiens, les sémioticiens, les informaticiens ou les chercheurs en intelligence artificielle. Par exemple, il apparaît que le raisonnement humain ne peut pas être réduit à un mécanisme neutre, indépendant des motivations, comme le serait une preuve en logique de propositions/prédicats. Il devient incontournable d'inclure des éléments de psychologie dans sa modélisation. La conclusion d'un argument déductif peut être entachée d'une incertitude héritée des prémisses, traduite en forme d'une valeur de vérité supplémentaire. L'incertitude est révélée de manière explicite par des inférences probables que l'on peut analyser en regard de la cohérence bayésienne.
Discipline scientifique : Sciences de l'Homme et Société

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 78 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap