Influence, désinformation et pouvoir en Europe et dans les Amériques

17-19 janv. 2019
Université de Caen, MRSH - Caen (France)

http://influen-pouv-19.sciencesconf.org

Le philosophe britannique Bertrand Russell a écrit : « le concept fondamental en sciences sociales est celui de pouvoir, dans le même sens que l’énergie est le concept fondamental en physique ». Pour notre 5e colloque international sur le « pouvoir », nous avons voulu élargir l’étude de ce concept central en s’appuyant sur ses aspects relationnels et ses corollaires, à savoir l’influence, la désinformation et la manipulation. Si le pouvoir peut être défini par rapport à une action, un potentiel ou une capacité à « faire faire aux autres ce que l’on souhaite qu’ils fassent » (Dahl), l’usage effectif de ce potentiel peut se transformer en une forme d’influence. Cependant, il n’y a pas d’influence sans que la personne ou le groupe soit influençable. Il faut donc créer les conditions nécessaires pour l’exercice authentique du pouvoir et s’assurer une influence la plus incontestable possible. Mais comme « toutes les dominations cherchent à éveiller et à entretenir la croyance en leur légitimité » (Weber), le pouvoir, constamment remis en cause, fait appel à des méthodes de manipulation et envoie des messages brouillés (intentionnellement ou pas) afin d’atteindre son objectif, à savoir sa propre pérennité et légitimité. Ainsi, l’exercice du pouvoir peut avoir deux facettes, l'une acceptable (influence) et l'autre détestable (désinformation et même manipulation). Pourtant, le célèbre sociologue américain Talcott Parsons affirme que « tout pouvoir authentique est toujours légitimé, même par ceux qui en contestent la légalité ». Autrement dit, l’effectivité du pouvoir (imposé ou non) donnerait nécessairement une légitimité politique et sociale à son exercice.
Discipline scientifique : Sciences de l'Homme et Société

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 155 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap