logo de la conférence
French version selectionnée English version Spanish version

Du texte à la performance : Transformations, mutation et hybridation dans les arts du spectacle arabes

15-17 nov. 2021
Université Bordeaux Montaigne - Bordeaux (33) (France)

http://scenes-arabes.sciencesconf.org

L’implantation du théâtre, dans sa forme occidentale, dans le monde arabe vers la fin du XIX siècle, affectera de manière radicale l’ensemble des arts spectaculaires traditionnels en imposant de nouvelles formes, de nouveaux espaces et de nouvelles modalités de jeu. Durant plusieurs décennies, allant de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1930, cette nouvelle forme d’expression que les pionniers adapteront au goût du public arabe local, prendra essentiellement la forme de spectacles divertissants alliant musique et scènes comiques. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que les plus grandes stars arabes de cette époque-là ont été soit des chanteurs soit des danseurs à l’image de Salama Hijazi, Mounira al Mahdiya… Il fallait attendre les années 1930 pour que l’écriture théâtrale en tant que production textuelle respectant les normes classiques de la composition dramatique, destinée soit à la lecture soit à la scène, soit reconnue comme pratique « respectable ». Le théâtre arabe connaît l’un de ses grands tournants ou mutations grâce, aux écrits d’un certain nombre d’hommes de lettres arabes jouissant d’une grande notoriété comme Tawfiq al Hakim, Gabran Khalil Gabran, Taha Hussein, qui ont fait entrer la composition dramatique dans le domaine de la littérature, lui donnant ainsi ses lettres de noblesse. Pendant la période allant des années 1930 jusqu’aux années 1950, soit par le biais de la traduction et de l’adaptation, ou au travers de l’imitation, les créations théâtres arabes ont été pendant longtemps des copies d’oeuvres européennes. Ce n’est qu’à partir des années 1960, période d’une grande instabilité et qui connaîtra plusieurs événements qui changeront le cours de l’histoire de la quasi-totalité des pays arabes, que la scène théâtrale arabe va connaître une nouvelle tendance que certains ont qualifiée de « théâtre du patrimoine ». Les promoteurs de cette nouvelle esthétique vont essayer de donner au théâtre arabe une certaine authenticité. Une quête qui va se décliner de différentes formes et courants selon la sensibilité et les visées esthétiques et politiques de chaque artiste. Ce qui est surtout notable c’est que cette recherche donnera de nouvelles formes d’écritures et de nouvelles esthétiques avec lesquelles les auteurs arabes essaieront de dépasser le modèle occidental. Ces tentatives donneront des textes d’une grande qualité littéraire et dramatique dont certains sont aujourd’hui considérés comme des classiques voire des chefs-d’oeuvre du répertoire arabe comme al Mejdoub, al Harraz ou al-maqamat du marocain Tayeb Saddiki, La tête du Mamlouk Jaber, … du syrien Saad Allah Wannous, al-Farafîr (Les Scapins) de l’égyptien Youssef Idriss, Lejouad de l’Algérien Abdelkader Alloula, La révolte des nègres ou Risalat al Ghofrane du tunisien Azzedin Madani, etc. Ce mouvement a aussi été accompagné d’un grand effort de théorisation qui a donné lieu à plusieurs manifestes comme ceux du théâtre de politisation de Saadallah Wannous, de la théâtralisation de Ali Rai, du théâtre cérémonial de Abdelkrim Berrachid, etc. Avec la mondialisation, les déplacements dans les espaces qui deviennent de plus en plus faciles et la révolution numérique qu’a connue le monde ses dernières décennies, les arts du spectacle arabes, dont les acteurs sont désormais connectés au reste de la planète, toujours sous l’influence des théâtres occidentaux voire mondiaux, connaîtront les mêmes mutations que ceux-ci. Grâce à de nouvelles formes de représentation ou de spectacle, installation, performance… de nouvelles esthétiques émergeront dans la scène théâtrale arabe dont l’une des caractéristiques essentielles est l’hybridité. Aujourd’hui une grande majorité des spectacles donnés sur les scènes arabes sont des oeuvres postmodernes dans lesquelles plusieurs langages, aussi bien scéniques que relevant d’autres formes artistiques, fusionnent et se côtoient. De nouveaux styles d’écriture ont également émergé dont les auteurs traitent de nouvelles thématiques et expriment autrement des préoccupations personnelles et très actuelles. Lors de ce colloque seront mis en perspectives et discuter les transformations les plus importantes qu’ont connu les arts spectaculaires arabes que ce soit dans le monde arabe ou en Occident, notamment en France. Les interventions porteront aussi bien sur la période classique que sur les périodes moderne et contemporaine.
Discipline scientifique : Sciences de l'Homme et Société

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 71 |  Contact |  À propos |  RSS |  Vie privée |  Accessibilité 
Sitemap