Perception et traitement de la langue et de la traduction dans la recherche.

23 mai 2014
Maison des sciences de l’Homme Paris Nord 4, rue de la Croix Faron 93210 Saint-Denis La Plaine - Saint-Denis (France)
La MSHPN, par sa vocation internationale et interdisciplinaire, accueille des chercheurs issus de formations, d'origines et d'horizons variés. Comment appréhendent-ils la question de la langue au sein de leur recherche ? Comment peuvent-ils restituer les spécificités de certaines notions propres à un contexte culturel, linguistique, historique, social, économique et politique, en évitant le piège de l'ethnocentrisme nominal? Cette journée interdisciplinaire a pour objet de réunir autour d'une question commune les chercheurs de la fondation MSHPN pour échanger de manière transversale et complémentaire sur la langue et la traduction dans leurs domaines spécifiques. Cela a pour but de créer un espace d'échange, de mieux aider les jeunes chercheurs à appréhender la question linguistique, de les ouvrir à la richesse de tout rapprochement interdisciplinaire, de favoriser la naissance de collaborations et de partenariats, intra et inter institutionnels. Le chercheur ne peut pas faire abstraction de la langue dans et avec laquelle il conduit son projet. En ethnoscénologie, comme en anthropologie, s'ajoute l'exigence de tenir compte de la langue de l'objet et du sujet d'étude. Au-delà des caractéristiques syntactiques et paradigmatiques des langues dites nationales, ou locales, les disciplines tendent à constituer des ensembles isotopiques lexicaux et sémantiques – sociolectes, idiolectes – communs à la communauté scientifique ou culturelle. L'histoire contemporaine du théâtre montre que les réformateurs ont été attentifs à produire des néologismes, ou à donner un sens particulier à des lexèmes en usage, afin de souligner le caractère novateur de leur création. Les termes qui désignent les différentes formes des arts du spectacle vivant, portent en eux-mêmes de riches significations que l'analyse sémasiologique permet de percevoir. C'est ainsi que le terme « théâtre » - qui se réfère à la vue et à une certaine conception du voir, n'est pas strictement assimilable à celui en chinois de « Xiqu », alors que tous les deux désignent un art de la scène. La question de la compétence linguistique – parlée et écrite -, et de la traduction d'une langue sont au coeur de nos préoccupations épistémologiques et méthodologiques. En une certaine mesure, la biographie linguistique d'un chercheur sous-tend sa pensée et donc sa théorie. La connaissance de différentes disciplines peut-elle aider le chercheur à nourrir sa compétence linguistique et à ouvrir ses perspectives de travail dans une logique de complémentarité et non d'opposition ?
Discipline scientifique : Sciences de l'Homme et Société

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 49 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap