sciences à "très grande echelle"

8-9 janv. 2014
Salle Dussane de l’ENS-Ulm,45 rue d'Ulm, - Paris 5ème (France)
Les 8 et 9 janvier 2014, le Comité d’éthique du CNRS organise, dans la salle Dussane de l’ENS-Ulm, un colloque interdisciplinaire sur le thème « Sciences à « très grande échelle » : Tout est-il permis ? Tout est-il bénéfique ? La dynamique d’une recherche peut-elle nous échapper ? ». Les sciences à « très grande échelle » désignent les recherches et interventions techno-scientifiques, réalisées ou projetées, dont l’échelle même compromet le contrôle effectif dans la durée et dans la taille, des effets escomptés, des risques engendrés et leur réversibilité. Selon les cas, l’« échelle » peut être spatiale, comme par exemple dans les projets de géo-ingénierie qui visent à opérer à l’échelle de la planète toute entière. Elle peut être temporelle, comme pour tous les projets dont l’envergure exige la prise en compte d’une chronologie proprement géologique ; le problème des déchets nucléaires en fournit l’exemple très connu dans le débat politique. L’échelle peut aussi concerner le vivant dans sa globalité, ou bien toute l’espèce humaine comme dans certaines campagnes biomédicales. Or, il arrive fréquemment que des projets de recherche ou des interventions scientifico-techniques produisent des effets qui finissent par dépasser, voire inversent, les objectifs premiers de leur conception. Plusieurs questions peuvent alors se poser : Peut-on entreprendre n’importe quelle recherche ? Jusqu’où doit-on développer les recherches à risques ? Comment s’arrêter, ou plutôt comment instituer une ré¬flexion sur la dynamique d’une recherche en cours ? Qui décide de la légitimité d’une recherche ? Le Comité d’éthique du CNRS, principal organisme de recherche français, souhaite ouvrir le débat à travers ce colloque interdisciplinaire. La conférence inaugurale de Dominique Pestre, Directeur d’études à l’EHESS, sur le sujet « Entre hubris technologique, acteurs économiques et société civile. Quels rôle et place pour les scientifiques ? » posera les principaux enjeux associé à la question des sciences « à très grande échelle » et l’inscrira dans l’évolution des rapports que les sciences entretiennent depuis plusieurs siècles avec nos sociétés. Elle sera suivi de trois sessions consacrées à trois exemples précis issus de disciplines et domaines variés: l’ingénierie planétaire, les substances chimiques, les bactéries résistantes. Ces exemples ont été retenus aussi pour illustrer trois situations temporelles distinctes par rapport aux risques et conséquences pressentis : dans le premier cas, les interventions scientifiques sont encore projetées mais n’ont pas eu lieu, dans le deuxième, elles sont en cours et fabriquent une situation globale qu’il faut penser ; dans le troisième cas, les dynamiques de recherches et d’interventions ont déjà produit des effets indésirables à grande échelle. Enfin, le colloque se terminera avec une table ronde finale qui permettra, par l’échange, d’élargir le débat à partir de ces exemples. Consulter le programme complet : http://www.cnrs.fr/comets/spip.php?article87 S'inscrire : http://www.cnrs.fr/comets/spip.php?article87
Discipline scientifique : Sciences du Vivant

Lieu de la conférence
Personnes connectées : 64 |  Contact |  À propos |  RSS
Sitemap